Nous sommes en 2022

Featured

Salut à toutes et à tous,

Le site est en cours de réactualisation. Après un silence d’une dizaine d’années, je réactualise Boing Poum Tchak!. Car depuis 10 ans, l’internet a évolué sur les plans technique et légal. Fini par exemple les contenus video ou audio en Flash, il faut refaire tous les liens contenus dans les posts, ce qui prend du temps (et en même temps permet de les remplacer par les liens officiels de comptes Youtube ou Bandcamp gérés par les artistes/ayants droit, pour une monétisation / promotion directe. Quand ceux-ci existent bien sûr).

Il se peut donc que le site ne soit pas 100% fonctionnel pour le moment avec des liens brisés, des images au ratio étrange sur votre téléphone, ou encore des barres de navigation trop grandes, mais je travaille à remettre une esthétique convenable pour un plaisir de lecture et de navigation optimale.

Des nouvelles fonctionnalités vont (ré-)apparaitre, comme un module d’abonnement à la newsletter ou un formulaire de contact (aux normes actuelles de sécurité et de respect de la vie privée), etc.

Merci de votre attention.

Récap’ Poum Tchak! 2011

Salut à toutes et à tous ! Voici la Recap’ Poum Tchak! de 2011. Ici, pas de classements, de top10, de reader-polls, de winners avec des photos plus grosses que celles des autres, non rien que du pur subjectif à la BPTchk!, sans vote ni concertation pour trouver un consus stérile et informe sur le “bilan” de l’année écoulée. Juste du feeling sur ce qui est sorti en 2011 et que j’ai vraiment le plus écouté durant ces douze derniers mois. Continue reading

[En] I dream of wires (documentary)

One of the most exciting documentary about modular synths and passion for them from crazy nerds and mad lovers needs your help. Previously known as Modular, the documentary, I dream of wires has received so much enthusiasm from its first promo trailler broadcasted on Youtube, and in synths forums, that the people involved behind have decided to extend the production of it. It should be 90 – 120 minutes + bonus, planned for the end of 2012, in DVD.

Continue reading

Flashba-K! : Kanzleramt

Fondé en 1994 par Heiko Laux, Kanzleramt (qui signifie “Chancellerie” en allemand) fut considéré comme l’un des meilleurs labels techno européen durant une petite décennie (et principalement entre 1998 et 2003), avant de tomber dans l’oubli. La particularité de cette maison était de proposer une techno plutôt musclée, contrastée avec des ambiances deep inspirées de Detroit et des mélodies dark-funk massives, toujours en maintenant une identité sonore propre et parfaitement identifiable.

Heiko Laux est également un dénicheur de talents hors-pair avec la découverte (et le chaperonnage) d’artistes comme Alexander Kowalski, Johannes Heil, Diego, ou encore le regretté Christian Morgernstern. Son influence sur eux fut d’ailleurs tellement forte qu’après le déclin du label, ces artistes ne rebondirent jamais vraiment autre part, et peu à peu s’éteignirent à leur tour (peut-être que leurs ADN musicaux étaient trop intimement liés). De nombreux tubes sont sortis de cette entreprise berlinoise, alors histoire de se remémorer de bons souvenirs (et pour d’autres de découvrir cette structure), voici quelques uns des morceaux les plus marquants de Kanzleramt : Continue reading

La folie du Text 010 [Four Tet + Burial + Thom Yorke]

Hallucinant ! J’ai reçu il y a 30 minutes (à 13h55) un email “special announcement” du Bleep shop, m’indiquant la pre-order du nouveau Text 010 (label de Four Tet) qui présente la collaboration de ce dernier en compagnie de Burial et Thom Yorke. Je me suis dit “aïe”. Déjà deux jours après la sortie du Text 006 en 2009 avec Burial & Four Tet j’avais dû faire des pieds et des mains pour trouver une copie (finalement chez Rix Records en Angleterre), mais là avec le Radiohead boy dans l’affaire, il ne fallait pas perdre une minute. C’était sans compter sur la horde de fans qui a eu vent de cette info avant moi (publiée notamment sur Fact Magazine il y a quelques heures), et voilà Bleep est déjà out of stock tout comme Rough Trade !! Si ce n’est pas de la folie furieuse ça ! Continue reading

[Fr] Réflexion sur les classements (suite…)

Comme vous l’avez remarqué, je ne suis pas très porté sur les classements de fin d’année, à savoir qui a été “le meilleur” artiste / label / etc., élaborés selon des techniques subjectivo-(économico-)éphémères qui déterminent lequel pisse le plus loin à une époque donnée (que ce soient les disques / artistes choisis selon le goût des rédacteurs, ou des rédacteurs entre eux qui se prouvent qu’ils en ont une plus longue que le blog / magazine voisin). Certes, à première vue, les classements de fin d’année sont un moyen comme un autre de promouvoir des artistes et disques qui seraient passés entre les mailles de votre panier audio. Ok why not. Mais à quoi bon les mettre en concurrence ? Continue reading

[Fr] Une potion miracle pour restaurer ses vinyles ?

Je viens de lire un twitt du records-store Juno qui propose un nouveau produit pour “redonner éclat à ses vinyles” (ce n’est pas le terme exact mais ça fait penser à une pub TV pour un anti-rides). Mais quand on regarde de plus près la description de cette solution liquide miracle, on tombe dans une tonalité graveleuse à la limite du spam “médical” du genre : “dès maintenant, faites bander vos vinyles plus durs !” Alors, que vaut vraiment ce genre de produit ? Continue reading

[Fr] Faut-il augmenter le prix de certains disques…

…en boutique pour éviter des dérapages à la revente ?

Ce matin je regardais quelques informations à propos du talentueux producteur de dark techno minimale caverneuse Mike Parker. En scrutant sa discographie sur Discogs, je suis retourné sur le label Aquaplano (emmené par Donato Dozzy), juste par curiosité pour voir la côte de l’une de mes dernières acquisitions (l’excellent Aquaplano Ltd 02). Bigre, au bout d’un mois après sa sortie on le trouve déjà à 25 euros. Mais le pire est le reste du catalogue. Six disques sont dispo à la vente en seconde main, le D. Dozzy & Nuel – Aquaplano 1111 qui est à 65 euros, et alors le grand n’importe quoi, l’Aquaplano 000 signé des deux mêmes artistes et sorti seulement en juin 2008 oscille entre… 350 et 500 euros !! Continue reading

[Fr] Plastikman – Ask yourself (Marcelus remix)

Depuis la mi-septembre, Plastikman (en collaboration avec Soundcloud, Resident Advisor et la boisson énergétique Burn) propose de remixer l’un des titres de son album Closer, Ask yourself. Belle initiative, puisque pour une fois, un concours de remix n’oblige pas à acheter les parts du track original pour obtenir son ticket d’entrée dans la compétition. Continue reading

[Fr] Boing Poum Tchak! #03 est disponible !

 

 

 

Pour faire venir jouer Marcel Dettmann et Ben Klock au Rex, je me suis battu pendant 14 mois…

 

Dj Deep

Edito #03

A la fin de l’année 2004 j’ai créé Boing Poum Tchak! dans le but de promouvoir la musique et les artistes issus des cultures électroniques qui ne trouvaient pas leur place dans des médias souvent incultes, arrogants, ou juste à côté de la plaque, ayant depuis longtemps oubliés les valeurs que chaque journaliste se doit de défendre : la recherche d’informations, le décryptage des mouvements, la pédagogique envers ses lecteurs, l’honnêteté intellectuelle.

Six ans après cette observation, il est navrant de constater que les choses n’ont fait qu’empirer pour la presse française, spécialisée dans les cultures des musiques électroniques. Ces valeurs n’existent simplement plus. A quoi bon parler d’un nouvel artiste, talentueux, s’il n’est pas poussé par un label qui paye une boite de communication / promotion pour harceler les journalistes et les mettre sous pression sous peine de ne pas publier de page de pub dans leur canard ? En ces temps de transitions économiques, entre le vieux monde papier qui ne sait pas renouveler son modèle obsolète, et l’ère internet encore trop sauvage et diffuse pour proposer un modèle stable, beaucoup ont décidé de fermer boutique, tandis que d’autres s’adaptent tant bien que mal à relayer des propositions plus que suspectes, dans l’air du temps, faisant la part belle aux artistes « hypes » (tellement in, que des partis politiques comme l’UMP n’hésitent pas à reprendre leurs tubes lors de meetings), délaissant totalement leur mission première : défricher, informer, et d’une certaine manière, éduquer le lecteur, lui proposer de nouveaux chemins musicaux, les décrypter, et l’accompagner dans sa quête, sa soif de nouveautés, de connaissances historiques du milieu, dans une jungle sonore et discographique devenue étourdissante aujourd’hui.

Au fil des années et des diverses évolutions de Boing Poum Tchak!, je me suis rendu compte que malgré internet et ses possibilités infinies (trop, c’est là le problème), les amateurs, les passionnés, ont toujours besoin d’avoir des points de repères pour s’y retrouver. Je n’ai aucun chiffre officiel du nombre de sorties mensuelles dans le spectre qui nous intéresse. Simplement une indication : Laurent Garnier reçoit chaque semaine environ 1500 tracks à écouter. Et parmi ces 1500 titres, il y a une majorité inintéressante, quelques bons tracks, et une poignée de tueries. Mais comment un être normalement constitué peut faire le tri et s’y retrouver dans tout ce grabuge ? Internet et les nouvelles technologies on apporté du choix, mais aussi beaucoup de parasitage. Comment un passionné fait-il pour ne pas passer à côté d’artistes et de disques qui peuvent l’intéresser ? Les magazines spécialisés ont depuis longtemps lâché prise et bien peu parmi les journalistes vont fouiner chez les disquaires pour tâter le pouls de l’actualité et de la réalité de la production du moment, préférant rester perfusés à leurs bureaux avec les promos institutionnels qui leurs sont envoyés. Et les artistes qui ne passent pas par ce filtre n’ont aucune légitimité pour figurer dans leurs pages. Résultat, quand un artiste intéressant cherche à se produire en club, en France, on répond de façon dédaigneuse aux promoteurs qu’«on n’a jamais entendu parler ce gars, et que ta soirée coco, elle va se prendre un four, donc tu repasseras avec des gens susceptibles de nous faire des entrées ». C’est le serpent qui se mord la queue. Les magazines passent totalement sous silence certains artistes qui le mériteraient, car (soit-disant) ils ne viennent pas jouer en France et personne ne les connait, et de leur côté les clubs ne bookent pas ces artistes car la presse n’en parle pas. C’est absurde et ridicule. Signez autant de pétitions « Paris se meurt la nuit » que vous voulez, l’un des aspects fondamentaux du problème est là.

Ce n’est pas l’état d’esprit de Boing Poum Tchak!, bien au contraire. Notre but est de promouvoir sans aucune pression extérieure, la musique qui nous branche, qui vaut le coup d’être découverte, d’être dansée. Un canal de plus pour vous chers lecteurs, passionnés, ou simples curieux. Un regard indépendant sur des artistes et des scènes excitantes, sans chichi ni blabla de pseudo-hipsters autoproclamés précurseurs de tendances. Ce fanzine n’est pas non plus seulement destiné à une poignée de nerds allumés (il y en a certes), qui ne parlent qu’en langage codé, scotchés sur Facebook, Resident Advisor et The Wire. La « bonne » musique (celle qui mérite qu’on lui donne sa chance), doit être présentée de manière agréable et non pompeuse, dans un langage clair et explicatif (voir pédagogique). Nous avons tout à gagner à défendre les cultures que nous aimons, et à ne pas se laisser influencer ou persuader par ce que les communicants veulent nous vendre, par la sous-culture publicitaire et autres discours de marchands de tapis qui nous dictent à longueur de journée ce que nous devons écouter, où, quand, et comment, ce qui est dans le coup, ce qui fait bien.

Fuck la bienséance mercantile, assez de tous ces parasitages ! Décidez par vous-mêmes de ce que VOUS souhaitez réellement. Donnez-vous les moyens, les clés pour faire vos choix selon votre personnalité, ce qui vous anime.

Dans ce combat de tous les jours, face à toutes les sollicitations que l’on vous impose, Boing Poum Tchak! se propose très modestement de vous aiguiller dans l’univers des musiques électroniques, ou tout simplement vous divertir et vous faire passer un bon moment, car c’est également important !

Je vous souhaite donc de prendre du plaisir au fil de ces pages, et espère vous éclairer un peu mieux sur ce vaste domaine que représentent les cultures des musiques électroniques.

Bonne lecture à toutes et à tous.

Pierre-Nicolas Mader
Boy Poum Tchak!

Sommaire :

DJ Deep
Delta Funktionen
A Made Up Sound / 2562
Eli Verveine
John Heckle
Quietus Recordings
Redshape
Bandcamp
Electrifying Mojo
Lost and sound : Berlin, Techno & The easyjet-set
Chroniques disques :
Ostgut Ton Fünf / Shigheto / A Made Up Sound / Nocturnal Sunshine / Mount Kimbie / Danuel Tate / Christopher Rau / Hubble / John Roberts / Mike Dehnert / Daso / Forever Delayed / Jatoma / Kangding Ray / Bristol Dubstep Classics / Savas Pascalidis
Mots croisés
+ d’autres petites choses…

Ont participé à la rédaction de ce numéro : Pierre-Nicolas Mader Boing Poum Tchak!, Jean Leroy Get The Curse, Paul Domenger Paul du 91, Simon Bomans Goûte mes disques, Damien Escribano Jekyll & Hyde, Thomas Hennebicque La Tuerie, Nicolas Gomez Site Web, Bertrand Bonnesoeur Le Sous-Marin, Chris Miller Little White Earbuds, Antoine Etienne Myspace, Mathieu Guillien Site Web.

Format A4 / 24 pages / Noir & Blanc

4,99 €

.

Cliquez ici pour commander ce numéro ou vous abonner

.

.

[Fr] Ce disque, je le classe dans ta gueule ?

Il n’y a rien de plus ennuyeux, creux et prétentieux que les classements. Avant on faisait un classement annuel des meilleurs albums / maxis / titres (quand on retombe sur des top-lists de 2001 par exemple, on pouffe de rire quand on voit comment ont évolué certains disques), maintenant ce sont des classements tous les six mois, et même tous les trimestres ! C’est n’importe quoi, certains disques peuvent paraitre géniaux et lasser très vite, d’autres ont besoin de temps pour émerger, et enfin il y a les disques “non-répertoriés” dont on ne s’aperçoit de leur présence que quelques mois, voir quelques années après leur sortie. Et puis classer les disques en mettant des numéros (le numéro 6 est moins bon que le numéro 2, mais pas forcément dans le même style), pfff ça fait branler dans le vide les journalistes / bl(o/a)gueurs qui se prennent pour des demiurges… Faut bien qu’ils s’occupent comme ils peuvent (et toujours en en faisant, de préférence, le moins possible).

Billet inspiré par un mail de Fact Magazine reçu aujourd’hui.

[Fr] D.I.E. (Detroit In Effect) en quelques clips

En parcourant les nouveaux vidéo-clips ajoutés sur Discogs, je suis tombé sur un groupe dont le nom m’évoquait vaguement quelque chose, certainement photographié du regard dans tel ou tel magasin de disques, mais sans réel souvenirs précis. Et quelle bonne surprise pour mes oreilles (et bientôt les vôtres) d’avoir (re)trouvé ce duo electro de Detroit ! Continue reading

[Fr] Video : Une thèse sur la Techno Minimale par Mathieu Guillien

Boing Poum Tchak! est fier de vous présenter l’un des nouveaux collaborateurs qui interviendra bientôt en ses murs : Mathieu Guillien, enseignant en Histoire des Musiques Électroniques à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle, responsable de deux mémoires sur la Techno de Detroit et Jeff Mills, et récemment auteur d’une thèse sur la Techno Minimale. Interviewé par le site intruders.tv il résume l’histoire de ce genre, ses origines, ses principaux acteurs, avant de dévoiler les conclusions de sa thèse. Mathieu est en plus un mec très cool, nous lui souhaitons donc la bienvenue parmi nous ! Continue reading

[Fr] Uncanny Valley : un label à surveiller de près

Uncanny Valley est un nouveau label lancé par une bande de jeunes gangsters house et techno originaires de Dresde (Allemagne). Dans cette charmante équipée on retrouve deux des meilleurs espoirs du moment : Break SL (que l’on ne présente plus sur Boing Poum Tchak!) et Jacob Korn, auteur dernièrement d’un excellent maxi pour le label Dolly. Continue reading